Pomme de terre : échanger, c’est gagner !

Par Anne Verzeaux, le 10/07/2017
Pomme de terre : échanger, c’est gagner !echangeparcelle.fr a profité des Culturales pour lancer echangepatate.fr. Un site complémentaire au premier, dédié aux producteurs de pommes de terre.
  • Un site internet dédié aux producteurs de pommes de terre Le précédent céréales étant plus adapté à la plantation de pommes de terre, les souhaits d'échanges de parcelles vont croissant.
    © A. Verzeaux
  • Echangepatate.fr primé pendant Les Culturales Mickaël Jacquemin (3e sur la photo) entouré d’autres lauréats du prix Bayer Better Idea : Bastien Hennequez, Pauline Mangin, Declan Gardiner.
    © R. Cremonini
echangeparcelle.fr a profité des Culturales pour lancer echangepatate.fr. Un site complémentaire au premier, dédié aux producteurs de pommes de terre.
 

Fin novembre, un site web faisait son apparition dans le paysage agricole. Son nom : echangeparcelle.fr. Sa cible : les agriculteurs et les viticulteurs touchés par la problématique de parcelles éloignées de leur exploitation. Aujourd’hui, le site se décline avec un second exclusivement tourné vers les producteurs de pommes de terre : echangepatate.fr. Il a officiellement été lancé le 14 juin lors de l’événement Les Culturales. « Ce site est complémentaire au premier, commente Mickaël Jacquemin, co-fondateur du site. Il est dédié aux producteurs de pommes de terre qui souhaitent échanger à l’année leurs parcelles avec des céréaliers, car le précédent céréales est plus adapté à la plantation de pommes de terre ».


Simple

Le fonctionnement d’echangepatate.fr se veut simple. Pour s'inscrire, il suffit aux producteurs de pommes de terre, moyennant un coût d'inscription, de géolocaliser la zone sur laquelle il souhaiterait procéder à l'échange de parcelles pour implanter des pommes de terre, et de donner ses coordonnées.
Le céréalier fait de même, gratuitement, en géolocalisant sa ou ses parcelles à échanger. Ensuite, c'est l'algorithme informatique qui analyse les rapprochements possibles entre producteurs de pommes de terre et céréaliers. Il envoie par mail les parcelles échangeables avec les coordonnées de l'agriculteur. « Il n'y a pas besoin de se rendre sur le site pour vérifier les opportunités d'échange, précise Mickaël Jacquemin. Une fois l'échange proposé, libre aux agriculteurs de négocier et de contractualiser comme ils le souhaitent : l'échange s'effectue pour une année de campagne agricole ». Les propositions peuvent s’opérer « en cascade », entre plus de deux professionnels, ce qu’un cerveau humain peut difficilement accomplir, au contraire d’un algorithme comme celui-ci.


Plus agro-écologique

« Les échanges qui se réalisaient autrefois par connaissances et sans formalisme sont aujourd’hui simplifiés, facilités », résume le dirigeant, lui-même producteur de pommes de terre dans la Marne qui y voit un autre atout : « l'agriculteur s'intègre dans une démarche plus agro-écologique ». Car en allongeant les rotations, la pression maladies et ravageurs diminue. L'agriculteur évite ainsi d'appliquer des traitements en trop grand nombre sur ses pommes de terre, si sensibles au mildiou, et dont les traitements fongicides sont nombreux.
Pour un céréalier, allonger la rotation, c'est aussi « un gage de réussite », car il y a moins de résistance aux graminées grâce à l'introduction de nouvelles matières actives et cela améliore la fumure de fond. « C'est aussi un complément de chiffre d'affaires par la négociation d'une compensation suite à l'échange », affirme enfin le fondateur d’echangepatate.fr.

Le projet Echangepatate.fr en vidéo (prix Bayer Better Idea 2017) : 


Vos réactions :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous