« Un dimanche soir apocalyptique »

Par Richard Cremonini, le 03/05/2018 (mis à jour le 15/05/2018 à 09:47)
« Un dimanche soir apocalyptique »Les orages et la tornade du dimanche 29 avril ont frappé les cultures et les habitations. L’heure est à l’estimation des dégâts.
  • Des betteraves qui levaient à peine Des betteraves sous les grêlons à Lignon.
    © D.R.
  • Asphyxiées sous la boue Sous cette croûte boueuse, des betteraves.
    © D.R.
  • Des précipitations hors du commun La Chaussée où la grêle est tombée avec intensité.
    © D.R.
  • Des dégâts importants Là encore, un hangar mis par terre comme un jeu de cartes.
    © D.R.
  • Le matériel agricole mis à mal Un hangar détruit dans le sud de Vitry-le-François.
    © D.R.
  • Les orges impactés Des orges de printemps détruites.
    © D.R.
  • Les colzas ont pris la grêle Des colzas très touchés dans le Vitryat.
    © D.R.
  • Cloyes : toutes les maisons touchées, certaines détruites Cloyes-sur-Marne où les 70 maisons sont impactées.
    © D.R.
  • Du matériel brisé La rampe d'irrigation a été soufflée.
    © D.R.
  • Un paysage de dévastation Des pommes de terre sous la grêle.
    © D.R.
Les orages et la tornade du dimanche 29 avril ont frappé les cultures et les habitations. L’heure est à l’estimation des dégâts.
 

Le ciel s’est abattu sur la Marne le dimanche 29 avril vers 18 heures. En quelques minutes, de violents orages ont frappé une large zone géographique sur la partie est du département. Une trentaine de communes ont été meurtries. Rafales de vent, pluie, grêle : l’intensité des précipitations laissait redouter du pire dans les parcelles agricoles. La FDSEA de la Marne estime que « 50 000 à 80 000 hectares ont été impactés à divers degrés ».

Le plus impressionnant s’est produit à l’est de Vitry-le-François où une tornade a balayé trois villages du canton de Sermaize-les-Bains. Outrepont, Vauclerc et Cloyes-sur-Marne ont subi d’intenses rafales de vent durant quelques minutes. Fort heureusement sans faire de victime. Cloyes a payé le plus lourd tribut. Toutes les maisons du village de 150 habitants ont été touchées. Certaines ont perdu leur couverture, d’autres se sont lézardées. « Deux tornades se sont rencontrées au centre du village et le vent a soufflé jusqu’à 200 km/h durant à peine cinq minutes », témoigne le maire du village, Jean-Louis Royer, agriculteur à la retraite. Présent lors de la catastrophe, il a vu les arbres s’abattre autour de chez lui et les toitures qui perdaient leurs tuiles, « c’était bien pire que lors de la tempête de 1999 ». Rapidement, il prend les choses en main pour déblayer les rues et permettre aux secours d’arriver. Ces derniers ne tardent pas et gendarmes et pompiers sont sur les lieux sans perdre une minute. En 24 heures l’ensemble des toits est protégé par des bâches et les premiers couvreurs étaient à pied d’œuvre le 1er mai.
Pour Jean-Louis Royer, il est trop tôt pour chiffrer l'étendue des dégâts, « mais il y a quelques maisons qu’il va falloir abattre ». Pour certaines, des bâtisses en pierres et briques qui paraissaient pourtant solides, mais qui se sont pris la tornade de plein fouet.

Les cultures durement touchées

De nombreuses parcelles agricoles ont été dévastées par les orages et l’heure est aux rendez-vous avec les experts des assurances pour estimer précisément les dégâts. « J’ai 10 ha de betteraves qui ont été grêlés et je ne sais pas s’il faut resemer », s’inquiète Valérie Dugois, agricultrice à La Chaussée-sur-Marne. Tous ses champs sont touchés. « Les colzas sont fort abîmés et il y a des impacts importants sur les blés et les orges qui les rendront plus sensibles aux maladies ». Valérie Dugois n’a jamais connu un tel phénomène, « il y avait 30 cm de grêlons dans les rues et les caniveaux étaient bouchés ». Elle a mesuré 33 mm de pluviométrie en moins de 10 minutes « et encore 10 mm dans la nuit ».
Même catastrophe pour Mickael Jacquemin à Lignon ou Noël Appert à Auve où « 2/3 des surfaces sont touchées ». « On a vécu un dimanche soir apocalyptique », témoigne l’agriculteur qui fait les comptes avec les experts.
Les vignes ne sont pas épargnées. Les Coteaux du Vitryat auraient perdu 130 ha sur 490 avec cinq communes frappées durement : Couvrot, Lisse-en-Champagne, Loisy-sur-Marne, Saint-Amand-sur-Fion, et Vitry-en-Perthois.





Hervé Lapie : « solidarité »

Le président de la FDSEA de la Marne Hervé Lapie réagit après ces événements climatiques hors du commun.
« Dimanche soir, le département de la Marne a subi un épisode orageux et tempétueux d'une rare violence. Heureusement, aucune victime n'est à déplorer. En revanche les dégâts matériels et sur cultures sont importants dans les secteurs de Vitry-le-François, Châlons, Suippes, La Tourbe, Sainte-Ménehould et certainement d'autres zones plus localisées.
La solidarité s'est mise en place naturellement dans ces circonstances, et nous avons contacté les compagnies d'assurances afin de les sensibiliser au besoin de réactivité.
N'hésitez pas à contacter la FDSEA si vous avez besoin d'aide et d'accompagnement.
Bon courage à toutes et tous ».


Vos réactions :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous