Grêle : la Champagne pas épargnée

Par Guillaume Perrin, le 01/06/2018 (mis à jour le 13/06/2018 à 19:34)
Grêle : la Champagne pas épargnéeLes récents épisodes orageux ont sérieusement compromis le potentiel de récolte dans plusieurs secteurs de la Champagne.
  • Plusieurs secteurs détruits Les vignes situées autour de Damery ont été touchées par les orages de grêle du mois écoulé.
    © Isabelle Tribaut-Sohier
  • Des outils de lutte...sauf contre la grêle Le Comité Champagne travaille dans le domaine des prévisions météo, mais ne peut que constater les dégâts causés par la grêle.
    © Isabelle Tribaut-Sohier
Les récents épisodes orageux ont sérieusement compromis le potentiel de récolte dans plusieurs secteurs de la Champagne.
 

Le 29 mai, le Comité Champagne a réalisé un bilan provisoire des dégâts provoqués par les orages de grêle. Quatre épisodes orageux accompagnés de grêle ont été enregistrés, successivement les 29 avril, 12, 22 et 27 mai. À ce jour, 1 800 hectares ont été touchés dont 1 000 détruits à 100 %, soit 3 % du vignoble total.
Plus que les phénomènes météorologiques eux-mêmes, c’est leur précocité et leur force qui inquiètent. « On a traditionnellement affaire à des orages d’été, donc ces épisodes interviennent beaucoup plus tôt, et se montrent qui plus est violents, et accompagnés de grêle. Parfois, les grêlons peuvent atteindre une taille très importante, notamment dans la Côte des Bar. Dans le Vitryat, ce sont des tornades qui ont touché la vigne, avec des vents pouvant aller jusqu’à 200 km/h. Sans oublier les coulées de boue et les bâtiments endommagés dans les secteurs concernés », relève Thibaut Le Mailloux, directeur de la communication du Comité Champagne.
Les principales zones concernées sont les environs de Vitry-le-François (160 ha touchés avec un potentiel de récolte entièrement détruit), la Côte des Bar avec 1 350 ha touchés (dont 700 ha avec un potentiel de récolte entièrement détruit), et la Vallée de la Marne, avec 250 ha touchés (dont 90 ha avec un potentiel de récolte entièrement détruit)
«  Ces données provisoires sont en cours de consolidation. Jusqu’à la vendange, la Champagne reste exposée aux risques de grêle  », rappelle le Comité Champagne.
Le Comité Champagne dispose d’un expert météo, qui travaille sur les prévisions et la lutte contre le gel et le grêle. Mais il est compliqué de contourner ces risques climatiques, note Thibaut Le Mailloux. « En ce qui concerne la grêle, il faut être fataliste, malheureusement, et se réjouir que la Champagne possède ce système de réserve individuelle. C’est une véritable assurance climatique, plus efficace que des filets et des bâches qui sont très coûteux, qui posent des problèmes de solidité et dont l’efficacité reste à démontrer, à l’instar de certains canons anti-orages. On peut piloter le travail de la vigne avec plus de précision et d’efficacité, mais on ne change pas le cours de la nature, et on ne peut que constater les dégâts ».
La réserve individuelle de l’AOC s'élève actuellement à 6 300 kg/ha en moyenne, soit l’équivalent de 61 % d’une année de récolte. Elle jouera à nouveau son rôle pour pallier les pertes de récolte même si quelques situations individuelles peuvent être difficiles, notamment dans le vignoble de la côte des Bar, déjà fortement impacté par les gelées en 2016 et 2017 « Le vignoble aubois ayant connu les gelées de printemps les plus fortes ces dernières années, il se peut que des difficultés individuelles interviennent par manque de réserve, du fait de la répétition des incidents climatiques. Mais collectivement, la Champagne est à l’abri de la pénurie ».
La floraison suivant son cours dans plusieurs secteurs, la vigne reste fragile. « On remet les compteurs à zéro, commente le directeur de la communication du Comité Champagne. Il reste environ trois mois avant la vendange : les épisodes orageux sont en train de se terminer ; pour autant, les prévisions météo à long terme ne sont pas fiables. L’an dernier, certains secteurs comme Montgueux ont fortement gelé au printemps : en début de vendange, un orage de grêle s’est abattu sur la vigne, donc tout peut toujours arriver… ».


Vos réactions :


La rédaction vous propose :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous