Le Groupe FDSEA garde le cap

Par Richard Cremonini, le 17/01/2019 (mis à jour le 24/01/2019 à 13:03)
Le Groupe FDSEA garde le capLa journée du personnel du Groupe FDSEA a permis de présenter les projets à venir marqués par la transformation numérique et l’ouverture du pôle viticole à Pierry.
  • Christophe Songy : « la valeur du Groupe FDSEA réside dans la qualité de ses collaborateurs ». © Guillaume Perrin
  • « La transition écologique ne doit pas se faire contre les agriculteurs », prévient Hervé Lapie. © Guillaume Perrin
  • 310 collaborateurs Le Groupe FDSEA s’appuie sur une vision moderne et dynamique et de fortes valeurs de respect, de proximité, de solidarité et d’écoute.
    © Guillaume Perrin
  • Le pôle viticole d’Épernay dans la zone de Pierry ouvrira en juin. © D.R.
La journée du personnel du Groupe FDSEA a permis de présenter les projets à venir marqués par la transformation numérique et l’ouverture du pôle viticole à Pierry.
 

Dans un contexte de révolution numérique et de crise agricole, le Groupe FDSEA de la Marne poursuit dans la voie de l’innovation et de la relation de proximité avec ses clients. Fort de ses 310 collaborateurs, il s’appuie sur une vision moderne et dynamique et de fortes valeurs de respect, de proximité, de solidarité et d’écoute.
Lors de la journée du personnel du 11 janvier, le directeur général Christophe Songy a fait un tour d’horizon de l’activité des différentes entités et présenté les projets à venir. La conjoncture est marquée par des crises agricoles à répétition qui dégradent les résultats des exploitants depuis cinq ans. « Le service syndical de la Marne est un des plus actifs de France », rappelle Christophe Songy. Deux axes sont privilégiés : l’animation du réseau territorial et l’accompagnement des adhérents sur de nombreux dossiers (productions, PAC, dégâts de gibier, gestion du foncier, environnement…). La Carte Moisson compte 8 000 détenteurs. Les clubs Dynamique projets se sont ouverts au bio, après l’agriculture de conservation, la méthanisation, le lait, les abeilles, et le photovoltaïque.


Manifestations et acquis

L’année a été marquée par la mobilisation à Vatry et par de nombreuses rencontres pour défendre les dossiers prioritaires. Les adhérents ont pu obtenir des aides pour compenser les dégâts des grues cendrées. Les irrigants ont vu leur quota augmenter de 40 % durant la sécheresse. Un fonds d’indemnisation compensera les pertes dans les zones inondées. Pour les éleveurs, c’est la reconnaissance du dispositif calamités agricoles. L’allègement de la fiscalité des carburants est maintenu pour un montant de 1,4 milliard d’euros. «  Comment ne pas adhérer et soutenir syndicalement la FDSEA avec autant d‘acquis ?  », interroge le directeur général. 2019 sera l’année de la relance syndicale et du renforcement du réseau. «  Et aussi une année de réflexion sur des dossiers de fond : la future PAC, le statut de l’exploitant, l’évolution du statut du fermage, etc. », souligne Christophe Songy. Les élections à la Chambre d’agriculture mobilisent le réseau en ce début d'année.


Des entités actives

FDSEA Conseil bénéficie de la croissance d’activité d’AS Entreprises. Une nouvelle offre globale employeur va être lancée. AS Entreprises, qui a fêté ses 50 ans en 2018, atteint ses objectifs de production. «  Le niveau global d’expertise se renforce grâce à une montée en compétences des collaborateurs accompagnés par leurs responsables techniques  », précise le directeur général qui appelle à «  aller encore plus loin pour satisfaire nos adhérents et en accueillir d'autres ».
TER’Informatique est en pleine transformation. Une nouvelle équipe pluridisciplinaire porte le projet Wizifarm. « L’un des premiers développements est Mission, le Meetic de l’agriculture favorisant la mise en relation de compétences avec des besoins de main-d'œuvre », souligne Christophe Songy.
Farman Communication étend sa gamme de services et bascule dans l’univers numérique. Champagne Éditions (La Marne Agricole et La Marne Viticole) va renforcer la diversité et le contenu de ses dossiers thématiques. La CAMDA (hygiène 4 D) poursuit sa croissance et lutte avec efficacité contre le frelon asiatique.
Enfin, la stratégie de développement viticole se structure. « La réussite ne vaut que si elle est partagée », a conclu Christophe Songy en soulignant que la valeur du Groupe FDSEA « réside dans la qualité de ses collaborateurs ».

Hervé Lapie : « nous avons besoin d’un projet pour l’agriculture »

Président de la FDSEA de la Marne, Hervé Lapie a fait un point sur la conjoncture agricole et les dossiers importants du début d’année. En premier lieu, la campagne pour les élections aux Chambres d’agriculture qui le mobilise lors de réunions un peu partout en France. « Cette campagne amène des valeurs d’humanité, de travail, de responsabilité, mais aussi d’engagement du réseau agricole », que portent également les collaborateurs du Groupe FDSEA, souligne le président.

Hervé Lapie regrette que le président de la République « ignore les corps intermédiaires » de façon hautaine, alors que la France est traversée par des mouvements tumultueux. « Nous sommes dans un des pays au monde où les égalités sont les plus fortes et on a l’impression que tout va mal. Nous avons besoin de retrouver confiance en nous et surtout d’un projet  ». Il demande que les syndicats soient « remis en course » car ils « connaissent la réalité du terrain et font des propositions ».
Hervé Lapie demande une réforme structurante pour l’agriculture qui engage les paysans et les citoyens. Il rappelle que « les agriculteurs ont toujours été innovants et source de progrès » et rend hommage au syndicalisme et à la coopération « qui ont construit l’agriculture de la Marne et de la France  ». « Le syndicalisme, ce sont des victoires, des compromis, mais aussi des défaites ; il faut mettre le pied dans la porte, et éviter qu’elle se referme ». Hervé Lapie le martèle : « il faut rappeler que nous sommes la seule profession à avoir obtenu l'exonération de la taxe sur les produits pétroliers – un sujet qui met un peu le pays à feu et à sang depuis huit semaines – c’est 1,4 milliard qui a été cherché pour les exploitants agricoles ». Autres victoires : l’épargne de précaution, la fertilisation des parcelles en pente, l’activation des calamités agricoles, la mise en culture de parcelles de friches, le TO/DE, le CICE…
L’agriculture apporte des solutions aux enjeux climatiques, énergétiques, et de biodiversité. « Les agriculteurs savent s’adapter, à condition de retrouver une volonté européenne et de sortir de cette vision égoïste qui consiste à se concentrer uniquement sur notre pays  », souligne Hervé Lapie. « La transition écologique ne doit pas se faire contre les agriculteurs  », prévient-il.
Hervé Lapie souhaite une collaboration accrue avec l’Afrique pour accompagner le continent dans son développement. Et plaide pour l’autonomie alimentaire de l’Europe. L’agribashing le hérisse, mais il faut selon lui répondre avec crédibilité et recul.
Le président a conclu en appelant à la mobilisation pour les élections Chambre avant de renouveler ses vœux aux collaborateurs du Groupe FDSEA.


Vos réactions :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous