Le sorgho vers une nouvelle hausse des surfaces

Par Rédaction La Marne Agricole, le 14/01/2019 (mis à jour le 17/01/2019 à 11:32)
Le sorgho vers une nouvelle hausse des surfacesLeader français du sorgho, Semences de Provence prévoit de nouvelles hausses de surfaces dans l’Hexagone pour 2018-2019.
  • Le sorgho constitue une réponse à des sécheresses répétées. © G.O.
Leader français du sorgho, Semences de Provence prévoit de nouvelles hausses de surfaces dans l’Hexagone pour 2018-2019.
 

Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-2019 dans l’Hexagone, a indiqué mi-novembre Semences de Provence, filiale de la coopérative Arterris. « Les premières tendances de la campagne 2019 confirmeraient […] la poursuite du développement du sorgho sur les régions Ouest mais une érosion des surfaces dans la zone historique du Sud-Ouest », d’après son bilan.
Quelque 60 000 hectares (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018, deuxième année consécutive de hausse pour cette céréale. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).


L’Occitanie décroche

À l’opposé, le bassin historique de l’Occitanie décroche à 20 960 ha (-8 %) cette année. « Le sorgho constitue une réponse à des sécheresses répétées » et des déconvenues en maïs, explique Julie Toussaint, directrice de Semences de Provence, qui y voit « une diversification de l’assolement  » dans des zones majoritairement non irriguées. « C’est parfois une alternative au tournesol, confronté aux attaques d’oiseaux ».
Semences de Provence, qui se présente en leader du sorgho avec 60/70 % de parts de marché national, revendique 7,8 M€ de chiffre d’affaires (les deux tiers en sorgho). Pour nourrir la dynamique de cette céréale, l’entreprise lance cette année un club d’ambassadeurs regroupant les 17 agriculteurs et distributeurs lauréats des Trophées du sorgho organisés ces quatre dernières années. Une parcelle de chacun des membres sera suivie agronomiquement et économiquement, des analyses de sol, d’ensilage et de grain seront effectuées et les nouvelles variétés y seront testées en grandeur nature. «  Le suivi technique et économique de parcelles, dans les différentes régions et dans des conditions de culture variées, sera accompagné d’un travail d’anticipation pour améliorer la sélection et lever les freins au développement du sorgho », indique Semences de Provence.

De « grandes opportunités »

Le deuxième congrès européen du sorgho, organisé à Milan (Italie) début novembre, a mis en lumière de « grandes opportunités » pour cette céréale, souligne l’interprofession européenne Sorghum ID. « Le sorgho fait l’objet d’une amélioration génétique constante  », avec des hybrides plus résistants aux basses températures et davantage productifs, selon un communiqué. De quoi renforcer les atouts d’une plante reconnue pour ses faibles besoins en intrants et en eau, également sa résilience. « Le sorgho est une espèce adaptée à des débouchés multiples : alimentation animale, humaine ou encore pour la production de biogaz  », poursuit le document. Sorghum ID se dit convaincue des atouts du sorgho par rapport au changement climatique, aux objectifs de la nouvelle PAC.

J-C.D.


Vos réactions :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous