Le drone pour valoriser et inspecter

Par Anne Verzeaux, le 18/01/2019 (mis à jour le 18/01/2019 à 10:32)
Le drone pour valoriser et inspecterLe drone permet de réaliser des prises de vues, en vidéo comme en photo. Et ce, dans de nombreuses situations.
  • Le drone en action Champadrone offre des prestations photographiques et audiovisuelles aériennes pour, par exemple, inspecter de lieux difficiles d’accès.
    © Champadrone
Le drone permet de réaliser des prises de vues, en vidéo comme en photo. Et ce, dans de nombreuses situations.
 

C’est un outil qui se démocratise dans le monde agricole. Le drone a aussi de nombreux atouts pour séduire les particuliers, les collectivités et les entreprises. Car grâce à lui, il est possible de réaliser des prises de vues dans des situations inaccessibles avec un appareil photo. « C’est ce que propose Champadrone », annonce Anthony Iste qui vient de lancer sa société. Sa spécialité : la prise de vue aérienne par drone civil professionnel. « Champadrone offre des prestations photographiques et audiovisuelles aériennes dans le spectre visible, précise le jeune entrepreneur. Nous fournissons des photos et des « rushs » vidéos bruts, avec ou sans post-traitement.  » Sachant qu’avec post-traitement, la prestation inclut l’orthophotographie et la photogrammétrie pour réaliser de la mesure de parcelle, de la représentation 3D, du calcul de volume (cubature), ou des photos panoramiques à 360°.


Extérieur et intérieur


Pour offrir des images de qualité dans toutes les situations, Champadrone dispose d’équipements professionnels : drone quadricoptère (Inspire 1 de DJI), drone hexacoptère (Typhoon H), différentes caméras et capteurs pour la prise de vue au sol et en vol. «  Les caméras sont capables de produire de la HD (7Z0p), de la Full HD (1080p), de l’UHD (3840x2160) et de la 4K (4096x2160)  », détaille Anthony Iste. Les matériels stabilisés sont performants : « il est quasiment impossible de détecter la moindre vibration sur le média ».
Selon le matériel choisi, le drone peut évoluer jusqu’à une hauteur de 150 m (maximum autorisé par la réglementation). Il peut réaliser des plans larges ou rapprochés. Il peut ainsi permettre de valoriser un patrimoine touristique, d’inspecter aisément des lieux difficiles d’accès, de survoler des zones qui jusque-là exigeaient l’intervention plus onéreuse, d'un hélicoptère ou d’un ULM. « Les situations sont aussi nombreuses que variées », remarque le dirigeant de Champadrone qui rayonne sur les départements de l’Aisne, les Ardennes, la Marne et l’Aube. « Nous réalisons aussi des vols à l’intérieur de bâtiments, ce qui exige de l’expérience et de la dextérité », ajoute-t-il. Titulaire d’un Certificat de télépilote, ce passionné de technologies ne manque pas d’idées pour utiliser le drone dans un maximum de situations. A l’avenir, Anthony Iste prévoit d’ailleurs de proposer des images dites «  hors spectre visible » (thermographie). Elles permettront de réaliser des missions telles que l’inspection de panneaux photovoltaïques ou l’analyse thermique des bâtiments.


Vos réactions :


La rédaction vous propose :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous