Des vœux sur fond de Grand débat

Par Richard Cremonini, le 31/01/2019
Des vœux sur fond de Grand débatDenis Conus, préfet de la Marne, et Christian Bruyen, président du Conseil départemental ont présenté leurs vœux le lundi 21 janvier à Châlons-en-Champagne dans les salons de la préfecture.
  • Le préfet Denis Conus (à d) et le président du Conseil départemental Christian Bruyen. © Richard Cremonini
Denis Conus, préfet de la Marne, et Christian Bruyen, président du Conseil départemental ont présenté leurs vœux le lundi 21 janvier à Châlons-en-Champagne dans les salons de la préfecture.
 

Christian Bruyen a présenté les vœux du Conseil départemental lors d’une cérémonie commune avec le préfet de la Marne Denis Conus le 21 janvier à Châlons. M. Bruyen a exprimé son soutien « aux forces de l’ordre et de sécurité, policiers et gendarmes, très largement mobilisées ces dernières semaines  » et aux militaires en opérations «  dont certains ont encore donné leur vie en 2018 ». Il s'est ensuite lancé dans un plaidoyer pour la défense du Conseil départemental sur lequel plane parfois la menace d’une suppression.

Concernant les Gilets jaunes, si Christian Bruyen « condamne les gestes de violence », il relève que « ce qui s’est d’abord exprimé est avant tout le sentiment que le pouvoir central manque terriblement de capacité d’écoute  ». Un sentiment « partagé par l’ensemble des élus locaux ». Et le président de relever que « nous sommes, État et collectivités territoriales, les acteurs conjoints de cette République qui a su se construire sur deux piliers, les communes et les départements, et je regrette que se distillent, insidieusement, les ferments vénéneux de la défiance… ou plutôt que s’amplifie cette défiance ».
Christian Bruyen considère cependant que le Grand débat « constitue pour les républicains que nous sommes, une véritable opportunité », et de souhaiter que ce soit «  la réponse efficace certaines des attentes exprimées par nos concitoyens, en matière de services publics, de lien social et d’équilibre sociétal  ».


« Garantir la sécurité »

Pour sa part, le préfet a rappelé que « garantir la sécurité est le premier devoir de l’État. Les collectivités locales et les organisateurs de grands événements y contribuent  ». Le bilan de l’année fait état du décès d’un gendarme et de 167 policiers, gendarmes, pompiers blessés dans le cadre de leurs fonctions au service de la sécurité ou pour porter secours. « Ce triste bilan est éloquent. Je leur exprime notre solidarité », souligne Denis Conus. Sur les routes, on compte 41 décès contre 30 en 2017 : «  c’est le comportement des conducteurs qui explique cette situation », relève le préfet.
Les Gilets jaunes mobilisent les forces de l’ordre et plusieurs centaines d’opérations ont été traitées. «  Les forces de l’ordre ont été mises à rude épreuve, soutenues à plusieurs reprises par des forces mobiles  », ajoute M. Conus qui rend hommage à ces hommes et femmes « qui ont agi au service de la paix publique, notre bien commun, dont le trouble est générateur d’une remise en cause de notre cohésion sociale  ».
Sur le Grand débat, le préfet observe que «  c’est un exercice inédit, un grand moment d’échange et de proposition. Saisissons-le ». Concernant l’agriculture, « l’action de l’État est inspirée par le souci de ne pas créer une dépendance extérieure pour les produits agricoles ».
Denis Conus a conclu ses vœux en associant « deux univers perçus comme opposés mais qui en fait ont servi et servent une seule cause, la liberté : Cabu et nos soldats  ».


Vos réactions :


La rédaction vous propose :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous