La Région défend la Ferme du futur et la Foire de Châlons

Par Rédaction La Marne Agricole, le 12/03/2019 (mis à jour le 13/03/2019 à 17:23)
La Région défend la Ferme du futur et la Foire de Châlons Pour la région Grand Est, le SIA était l’occasion cette année de mettre en avant son programme Ferme du futur, ainsi que la prochaine Foire de Châlons.
  • La région Grand Est veut accompagner une centaine d’exploitations par an pour permettre aux « agriculteurs de passer un cap ». © Margot Fellmann
  • La 73e Foire de Châlons décroche le haut patronage du Ministère de l'Agriculture et un soutien de la Région. © G. Perrin
Pour la région Grand Est, le SIA était l’occasion cette année de mettre en avant son programme Ferme du futur, ainsi que la prochaine Foire de Châlons.
 

Le 27 février était présenté, dans le cadre du Salon international de l’agriculture (SIA), le plan régional Ferme du futur, en présence d’élus du Conseil régional : Pascale Gaillot, vice-présidente et membre de la délégation agriculture et viticulture, Philippe Mangin, vice-président et membre de la délégation bioéconomie, agroalimentaire et bioénergie, et Lilla Merabet, vice-présidente et membre de la délégation compétitivité, innovation et numérique.
Tous se sont attelés à défendre ce projet qui a pour objectif de « rendre l’innovation accessible à tous les agriculteurs ». D’abord mis en place pour l’industrie et l’artisanat, le programme a déjà rencontré un franc succès selon les élus. Interpellés sur le terrain, ils ont donc décidé d’intégrer la dimension agricole à leur action. « Avec plus de 49 000 exploitations, l’agriculture représente le premier excédent commercial de la Région, ont-ils avancé. Le plan régional Ferme du futur vise à améliorer la performance et la compétitivité des exploitations, sur les volets organisationnels, technologiques et environnementaux tout en plaçant l’homme au cœur de la démarche ».

100 exploitations accompagnées

La Ferme du futur est un programme volontairement ouvert. Pour intégrer la démarche, il faut prendre contact avec la Région ou ses partenaires (Chambres d’agriculture, centres de gestion, coopératives, etc.), examiner l’éligibilité de l’exploitation, son degré de maturité et son projet de développement, et enfin déposer une déclaration d’intention qui sera examinée en commission.

Actuellement, une soixantaine d’exploitations sont en phase d’expérimentation. Objectif affiché : 100 exploitations accompagnées par an. Au-delà des soutiens classiques, dont économiques, c’est « l’ingénierie, la logistique, le regard extérieur » qui permet à l’exploitant « qui a le nez dans le guidon » de passer un cap, a expliqué Philippe Mangin.
Première étape de cet accompagnement : un diagnostic de performance. Porté par un consortium de consultants spécialisés - car l’idée est bien de « se parler entre personnes qui se comprennent », précise Pascale Gaillot - ce diagnostic est intégralement financé par le Grand Est. Se déroulant sur un jour et demi, il porte sur cinq points : la stratégie numérique, l’organisation de l’exploitation, le système d’exploitation et l’environnement, l’utilisation des nouvelles technologies et la valorisation de l’homme. Le plan se prolonge par un accompagnement sur mesure basé sur une proposition d’actions et de solutions et la mise en relation avec des prestataires de solutions technologiques et académiques.
Après la première phase d’expérimentation, le temps sera au bilan puis viendront les actions de terrain pour présenter le programme et aller à la rencontre des agriculteurs susceptibles d’y souscrire. Un coup d’accélérateur sera donné à ce programme dès le mois d'avril.
Pour plus d’information, rendez-vous sur www.be-est.fr ou écrire à fermedufutur@grandest.fr.

La Foire de Châlons s’affiche au SIA

Mi-novembre, le commissaire général de la Foire de Châlons Bruno Forget a envoyé un courrier d’information au ministre, attirant son attention sur la 73e édition de la Foire à venir. En réponse, Didier Guillaume a accordé «  le haut patronage du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation » à l’événement châlonnais le 27 février. Le Ministère de l’Agriculture indique que cette distinction constitue « une distinction qui apporte de la visibilité, mais sans complément financier  ». Un label politique qui permettra à la Foire d’utiliser le logo du Ministère dans tous types de canaux de communication et qui entraînera, réciproquement, une diffusion de l'événement sur les supports médiatiques ministériels.

Sur une autre échelle, « la région Grand Est et l’UCIA s’unissent pour que la Foire de Châlons demeure  » : le président de la Région Jean Rottner et Bruno Forget ont profité du SIA pour ancrer «  l’un des principaux événements annuels dans le Grand Est » en tant que « vitrine française de l’agriculture et de la viticulture du Grand Est, lieu incontournable de l’innovation agricole et de la bioéconomie, rendez-vous de tous les acteurs des filières agricoles et viticoles, et ambassade de la région Grand Est auprès du public ». Le Conseil régional est un partenaire officiel du rendez-vous agricole. À ce titre, son objectif est de « contribuer à la réussite de la Foire de Châlons en Champagne par une présence quotidienne sur le stand du Grand Est », mais aussi de «  promouvoir la Foire dans ses supports de communication » et enfin de « verser une aide financière de 164 500 € ».
De quoi lancer idéalement le millésime 2019 !

Margot Fellmann

Guillaume Perrin


Vos réactions :

Accès abonnés
Accès abonnés
Edition numérique
Journal en ligne
Annonces légales
Annonces légales
Dossiers
Dossiers
Abonnez-vous
Abonnez-vous